l’aménagement de la langue berbère : urgence et réalisme

Document de référence

La standardisation de la langue berbère : orientations générales.

Réflexion et clarification préalables visant à fixer le cadre général de l’action d’aménagement linguistique.

Coordination et synthèse : Salem CHAKER.

I. Dans l’environnement actuel de la langue berbère, le passage à l’écrit, la standardisation de la langue sont des conditions absolues, non seulement pour le développement de la langue et de la culture berbères, mais tout simplement pour leur survie. Le monde qui supportait l’oralité traditionnelle s’effondre chaque jour un peu plus, les agents culturels anciens disparaissent peu à peu, les chaînes de transmission se rompent, les conditions de production et d’existence mêmes de cette culture orale disparaissent… Et l’Ecole enseigne et valorise d’autres langues, d’autres références culturelles, accentuant et accélérant le processus de marginalisation, de régression, de folklorisation ! A terme, il ne peut y avoir maintien berbère en dehors d’une scolarisation généralisée en langue berbère et d’une large diffusion de l’écrit. Les questions de linguistique appliquée et d’aménagement doivent donc urgemment être prises en charge par les berbérisants universitaires, qui sont les seuls à pouvoir traiter de ces questions avec efficacité et réalisme. Faute de quoi, le champ sera investi par le charlatanisme, l’incompétence et l’idéologie, dont on en perçoit déjà nettement les dangers, en Algérie comme au Maroc. C’est pour cela que l’atelier d’octobre 1998 a retenule principe de la mise en place d’un Réseau International pour l’Aménagement de la LangueBerbère, constitué autour du Centre de Recherche Berbère de l’INALCO (Cf. “Annexe” 1).Quelques principes qui doivent guider l’action d’aménagement 1. De la variation : Sur un plan général, on rappellera que la diversité et la variation sont une donnée inhérente à toute communauté linguistique, et même à tout système linguistique. La sociolinguistique a complètement remis en cause la vision structuraliste classique du système linguistique homogène et cohérent en toutes ses parties, y compris lorsqu’on a affaire à des “grandes” langues, à vieille tradition normalisatrice. L’idée d’une langue identique à elle-même en tout point de son territoire et chez tous ses locuteurs est une illusion, le produit d’une histoire socio-culturelle précise : elle ne correspond jamais à la réalité objective des pratiques linguistiques observées. Les langues fonctionnent, très bien et partout, avec de grandes latitudes de variation. Il ne faut donc pas transplanter dans notre domaine des conceptions purement idéologiques, une problématique largement artificielle, qui risqueraient d’être inutilement coûteuses.

2. La question du “berbère commun” doit être traitée dans cet esprit. L’élaboration d’unstandard berbère commun ne peut être considérée comme objectif immédiat. Il faut éviter de constituer dans le champ berbère une nouvelle situation diglossique du type de celle del’arabe classique/arabe dialectal, qui serait tout à fait contre-productive par rapport à l’objectifde promotion de la langue berbère et notamment à sa généralisation. Il serait particulièrementdangereux d’élaborer un monstre normatif supplémentaire, un “berbère classique”, qui seraitnécessairement très éloigné de tous les usages réels, sous le prétexte qu’il faudrait aussi unelangue “unifiée” aux Berbères. Dans l’immédiat, et sans doute pour plusieurs décennies, on

visera à établir une forme standard (écrite) de chaque variété régionale du berbère (kabyle standard, tachelhit standard, etc.). L’objectif d’un standard pan-berbère ne sera envisagé que sur la longue durée, par accoutumance et convergence progressive entre les différentes variétés. On n’oubliera pas que les dialectes berbères actuels évoluent de manière séparée et constituent des communautés sociolinguistiques distinctes depuis près de dix siècles1 ! De plus, chaque dialecte véhicule une tradition culturelle, une littérature qui lui sont propres : une norme linguistique pan-berbère couperait immédiatement les berbérophones de ce patrimoine culturel et ferait du berbère une nouvelle “langue de bois”, sans ancrage social réel et sans dynamique culturelle.

3. La base de travail doit donc toujours rester la forme régionale effective (kabyle, chleuh, touareg, rifain…) et l’on s’efforcera à partir de là d’enclencher un processus de normalisation convergente. “Rapprocher” les dialectes autant que faire se peut, cela est relativement aisé dans certains secteurs : a- La graphie usuelle doit être commune à tous les dialectes, àl’exception de spécificités phonologiques régionales lourdes. Les usages dominants actuels, à base latine, sont l’exemple d’une notation de tendance “pan-berbère”, acceptable pour la quasi- totalité du domaine berbère et n’introduisant aucune distorsion grave par rapport aux données d’aucun dialecte. b- Au niveau lexical, on fera en sorte que la néologie (terminologies modernes, scientifiques et techniques) soit commune à l’ensemble du domaine. De manière générale, chaque fois que le terrain s’y prête, on fera pencher la balance du côté de la convergence plutôt que de renforcer les divergences.

4. Pour chaque aire dialectale, on élaborera un seul standard, pour la définition duquel on utilisera différents types de critères objectifs : pan-berbérité, extension géographique des formes au sein du dialecte, clarté et régularité morpho-syntaxique. Pour chaque région, on proposera un standard dialectal, aussi peu marqué localement que possible : on évitera notamment de produire des textes à vocation pédagogique ou de large diffusion dans la multitude les parlers locaux, ce qui aurait l’inconvénient de figer une situation de fragmentation extrême et de contrecarrer la généralisation de l’écrit. Mais ces standardsrégionaux ne doivent pas être envisagés comme des normes coercitives et fermées, mais plutôt des cadres fluides, où l’on pourra laisser une certaine marge de variation et de choix. Dans toutes les situations d’indécidabilité (ex : a s yawi et ad as yawi), les différentespossibilités devront être intégrées dans la “norme” et offertes, au pédagogue et à l’élève. On intégrera donc une dose de variation dans la “norme”. En conclusion, les bases d’un consensus, réaliste et immédiatement efficace, sur quelques grandes orientations peuvent être résumées comme suit :

a- La diversité linguistique et sociolinguistique du berbère impose que l’on intègre la variation dans la définition d’une “norme”. Toute attitude uniformisante rigide et excessive serait immanquablement rejetée et ses promoteurs n’auraient aucun moyen de l’imposer.

b- Plutôt que de construire artificiellement une “norme” du berbère, on enclenchera un processus de normalisation convergente à partir des dialectes effectifs : adoption de graphies usuelles identiques ou compatibles, élimination des particularités phonétiques dialectales infra-phonémiques dans la notation usuelle, néologie commune…

c- Des solutions concurrentes, notamment en matière de lexique et de graphie, peuvent et doivent être acceptées et expérimentées, voire intégrées dans la compétence

(socio)linguistique des berbérophones. 1 c’est-à-dire depuis la fin du continuum linguistique berbère en Afrique du Nord.

5 Ni “norme pan-berbère”, artificielle et mythique, ni multiplication des normes infradialectales accusant et figeant la diversité. La voie est étroite certes, mais c’est à cette seule condition que l’unité, dans la diversité, du berbère pourra être préservée et consolidée, et que l’on pourra continuer à parler “d’une langue berbère”.

* [L’essentiel des thèses et orientations synthétisées ici ont été formulées par S. Chaker pourla première fois dans : – Tafsut – Etudes et débats, 1, 1983 : « De la description à la planification linguistique », p. 57- 63 ; – Tafsut – Etudes et débats, 2, 1985 : « La planification linguistique dans le domaine berbère : une normalisation pan-berbère est-elle possible ? », p. 81-91 – Problèmes de glottopolitique, [= Cahiers de Linguistique Sociale, 7 ; Rouen], 1985 : « La normalisation linguistique dans le domaine berbère », p. 161-175 et repris, dans leurs grandes lignes, dans Berbères aujourd’hui/Imazighen ass-a, Paris/Alger, 1989/1990, chap. 11 et précisées dans la nouvelle édition, Paris, L’Harmattan, 1998, chap. 10, “Le travail sur la langue”).]

S. Chaker- : « La planification linguistique dans le domaine berbère : une normalisation pan-berbère est-elle possible ? », Tafsut – Etudes et débats, 2, 1985

S. Chaker« La normalisation linguistique dans le domaine berbère », p. 161-175 et repris, dans leurs grandes lignes, dans Berbères aujourd’hui/Imazighen ass-a, Paris/Alger, 1989/1990, chap. 11 et précisées dans la nouvelle édition, Paris, L’Harmattan, 1998, chap. 10, “Le travail sur la langue”).

 S. Chaker Synthèse des travaux de l'Atelier organisé à Paris  du 5 au 9 octobre 1998 - Recommandations de l'INALCO

3 réflexions sur « l’aménagement de la langue berbère : urgence et réalisme »

  1. Les langues ayant connu un processus de minoration rencontrent souvent les mêmes problèmes. Voir les écrit de Lafont, Verny, Boyer, Martel, Lieutard pour le domaine occitan
    Bien à vous

  2. Bonjour Denis,
    L’expérience occitane et le cheminement du débat sur la langue et sa promotion constitue un de mes terrains d’imprégnation. J’ai concrétisé cela à travers mes collaborations avec les collègues de Montpellier. Merci pour l’intérêt que vous portez à mon site berberens

  3. On retrouve les mêmes problématiques pour les dialectalisations de l’Occitan, langue du Sud de la France. Et visiblement les hypothèses de travail sont communes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.