Rachid Aliche

Rachid Aliche: sur le sentier de la langue maternelle, le village et le globe



 

 

Les  débats sur l’officialisation de la langue berbère par l’État algérien et sa mise en œuvre scolaire semblent devenir l’affaire de tous. L’élargissement de ces débats sur lancement de l’enseignement mené en dépit du manque de ressources, est un indicateur de permanence sociale au regard des dernières évolutions.
De la controverse au consensus, on évacue les véritables auteurs de travaux féconds  grâce auxquels ce projet a pu disposer de supports et méthodes qui font aujourd’hui de l’enseignement en Kabylie une réussite relative malgré son caractère toujours optionnel. Parmi eux, Rachid Aliche. Son action fondatrice éclectique et pragmatique témoigne pour lui aujourd’hui.

Rachid Aliche, sur le sentier de la langue maternelle 

 Rachid Aliche, physicien de formation, s’est orienté vers les sciences humaines (ethnologie, sémiologie, lettres et langues dont l’allemand et l’anglais afin de contribuer à ce parcours littéraire et didactique à travers une quête ininterrompue de la vitalisation de sa langue. Ecrivain né à Taguemount-Azouz, en Haute Kabylie s’est distingué par un engagement, d’abord extra institutionnel offrant à l’enseignement du berbère des possibilités de concrétisation. Il fût l’auteur du premier roman en kabyle dans un genre littéraire nouveau, une oeuvre  fondatrice (cf. Abrous Dahbia, 1987) [1].
La contribution de Rachid Aliche dans le domaine de l’enseignement et de la transmission de la langue a été quelque peu écrasée par la mise en exergue de son travail littéraire avec deux romans : (Asfel, 1980) et (Faffa, 1986), des pièces de théâtre réunies sous l’intitulé de Tasimfunit (1988) sans parler des nombreuses contributions en français à travers des textes de critique littéraire, publiés dans la presse algérienne notamment.

La pédagogie, l’apprenant scolaire et non scolaire
Initié très tôt à la lecture et l’écriture de sa langue grâce au FDB et reçoit par la suite les enseignement de la tradition académique des études berbères impulsée alors par Mouloud  Mammeri [4] puis S. Chaker [5]. 

Dès l’ouverture du champ politique et culturel consécutive aux événements d’octobre 1988,  Rachid Aliche investit l’Université d’Alger – la fac centrale ensuite le Campus de l’Université de Bouzaréah, pour dispenser, en début de soirée, un cours de lectorat et d’écriture : notation usuelle du berbère et grammaire basées sur Tajerrumt [2]. De nombreux étudiants ont pu suivre ses cours et s’approprier un système en nette évolution et qui allait leur permettre de découvrir des pans de la production littéraire et journalistique.

Rachid Aliche a réinvesti les enjeux de la pédagogie du langage, la langue de l’oralité et celle du langage écrit, entendu, tout en veillant à souligner qu’il s’agit d’une même langue et que seul l’usage en multipliait les facettes.
Son parcours à la Radio kabyle dite Chaine II (1990 et 1999) oriente sa réflexion entre l’engagement concret et l’urgence d’une contribution pouvant bénéficier au plus grand nombre d’apprenants de cette langue qu’ils soient natifs ou pas et ce par le biais d’un nombre considérable d’émissions diversifiées : enfantines ludiques, culturelles et littéraires. Il intervenait dans des créneaux horaires différents en fonction des publics ciblés. L’objet central de son engagement, les émissions pour enfants, étaient structurées autour d’une préoccupation essentiellement didactique et pédagogique : chaque vendredi en est un exemple concret contrebalançant ainsi d’autres émissions perçues comme conservatrices. Un épisode qui peut constituer, à lui seul, un remarquable objet de recherche.Les ondes radiophoniques, une expérience inédite 

Les différents axes de ses émissions s’appuient sur un maillage entre la collecte, la transmission et la création. Ces thématiques sont inspirées du conte, de la devinette et de la comptine traditionnels. Ces genres étaient mis au goût du jour grâce à des thématiques nouvelles, moissonnées dans le quotidien sociétal et médiatique dans lequel baignaient les apprenants ciblés, jeunes et moins jeunes. Il insistait sur le fait que les enfants gagneraient à s’exprimer loin des tendances à l’hypercorrection mais avec clarté et précision. Il conservait cette démarche comme la moitié du chemin qui s’accomplit vers la lecture et l’écriture et que  les écoles devraient toutes avoir les moyens humains d’organiser chaque jour des petits groupes de langage et de création(cf: mon échanges avec Aliche en aout 1995).

Pourtant, il transparaît à travers ses émissions, qu’il tentait de faire distinguer le langage écrit de la langue orale, celle de l’oralité vive, vécue qui ne se confond pas, même dans ses formes les plus élaborées, avec les canons de l’écrit quoiqu’en cours de construction dans le cas de la langue berbère. Il semblait, sans aucun doute, œuvrer pour  extraire l’image de cette langue vivante de l’anachronisme dans lequel la renvoyaient d’autres acteurs en manque d’inspiration et de créativité.
Ce choix méthodologique était des plus subtiles ; le patrimoine oral ancien semblait être la source didactique majeure pour de nombreux enseignants et acteurs de l’intervention sur la modernisation de la langue en vue de son enseignement. Par ailleurs, la notion de la promotion et de la codification [3] de la langue occupait un espace significatif dans toutes ses expériences d’écriture et transmission.
De ce fait, l’élève découvre une nouvelle façon de “vivre”  et “revivre” sa langue maternelle, il apprend grâce à cette démarche, intelligente et pragmatique, à envisager la langue comme un objet manipulable, perfectible, un art. Cela ne vaut pas seulement pour le sens et les codes véhiculés mais comme objet d’observation et d’analyse. Car malgré l’état de “chantier” de la langue berbère, cette phase paraît déterminante dans le sens où l’enfant (un futur acteur de sa langue ? ) peut envisager de s’inscrire dans une continuité, un esprit de participation.

Ce cycle d’émissions radiophoniques a abouti à l’édition et la diffusion en 1995, d’un manuel de conversation accompagné d’une cassette audio. Cette méthode a été exploitée en contexte pédagogique par un certain nombre d’ enseignants pionniers de berbère alors que l’improvisation permanente et le volontarisme étaient parfois l’unique recours. Il est certes vrai que la demande était pressante face à une administration qui n’assumait pas concrètement un projet d’institutionnalisation mais il estimait que chacun pouvait puiser dans cet héritage culturel et accomplir l’effort d’adaptation et de créativité.
Sa participation aussi effective qu’emblématique à l’encadrement du stage organisé par le HCA [6] pour la première promotion d’enseignants de la langue berbère à Ben Aknoun en 1995, a apporté une consistance à cette formation, par ailleurs très controversée (N. Abrous, 2010) [7]

L’atelier pédagogique confié à Rachid Aliche a sans doute, reçu un enseignement de qualité malgré l’absence d’objectifs précis pour cette première  session. Une didactique du berbère langue maternelle dont on avait tant besoin ; apprendre à transmettre dans la rigueur et la profondeur les notions d’expression orale et écrite. Les notions de savoir, savoir-être et savoir-faire, attitudes de base exigées par toute situation d’enseignement étaient intégrées sans circonvolutions terminologiques. Son engagement n’était pas à prouver, il n’avait pas besoin de récompense et encore moins de tribune, il a été et demeure le fin pédagogue. Les stagiaires assidus le lui rendent bien.

Le village, cœur du globe : transmission durable dans des formes renouvelées
Chaque été, lors de son séjour dans son village natal, une activité pédagogique et récréative accueillait tous les enfants expatriés venus de l’Algérois et de France notamment. Elle est tenue par un collectif dynamique CAVTA renforcé par des éléments de Tizizwit [8]  et dont l’action se pérennise grâce aux jeunes du village,  par delà les obstacles et les tentatives de contôle tout acabit. L’encadrement est assuré au pied levé par des étudiants pour la majorité, filles et garçons tout le long du mois d’aout. Des cours de soutien dans toutes les matières et des ateliers culturels y sont dispensés : langues, sciences, sport, théâtre, chant et arts plastiques.

Aliche, lors de sessions multiples,  mettait en place des ateliers de théâtre et d’improvisation scénique avec les élèves estivants : saynètes, dialogues, monologues, chants. L’atelier aboutissait à une représentation le jour de la cérémonie de clôture devant le public villageois composé d’hommes et de femmes. Il envisageait de porter le fruit de ce travail devant un public très large mais le manque de ressources et de dispositifs faisait défaut car beaucoup d’associations se sont détournées de leur vocation initiale au profit de considérations partisanes peu concluantes. Les faits et les aboutissements constatés en sont la preuve.
Maintenant que l’enseignement est au cœur des préoccupations académiques et institutionnelles, Rachid Aliche a posé des jalons qui peuvent servir d’échantillon et de chantier et qui ont accompagné le quotidien d’une génération d’enseignants, de lecteurs de jeunes écrivains et d’orateurs autant dans la méthode que dans la part accordée à l’âme de la langue et sa profondeur, au principe de sa transmission intergénérationnelle spontanée et savante.
Langue encore langue minorée, le berbère est entre les mains de ses enfants.

Notes
[1] Rachid Aliche, Asfel ou le sacrifice rituel, Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, vol. 44, n° 1, p. 150.
[2] Mouloud Mammeri, Tajerr umt n Tmaziγt (Tantala Taqbaylit) – Grammaire berbère (kabyle), François Maspero, Paris, 1976
[3] La codification est le processus de la normalisation et le développement d’une norme pour une langue.
[4] Mouloud Mammeri, écrivain, anthropologue et ethnologue, ancien directeur du Crape (Centre de recherches anthropologiques préhistoriques et ethnographiques) actuel CNRPAH (Centre national de recherche préhistorique, anthropologique et historique) et fondateur du Centre d’études et de recherches amazighes (CERA/EHESS)
[5] linguiste berbérisant, Professeur des universités, directeur de l’Encyclopédie berbère 
[6] HCA : Haut commissariat à l’amazighité, institution rattachée à la présidence algérienne, créée en 1995 suite à la grève générale observée sur l’ensemble du territoire de la Kabylie  “Grève du cartable”. Cette institution a accompagné l’installation de l’enseignement de la langue berbère dans les écoles concernées.
[7] « L’enseignement du Tamazight (berbère) en Algérie : Genèse et contexte du lancement des classes pilotes dans les régions berbérophones en Algérie » dans : Agnaou et Ennaji (éd.) Languages and linguistics, Revue internationale de linguistique et société, 25-26, 2010. Rabat, IRCAM, pp. 12-26.
[8] Tizizwit (abeille) est une association indépendante du village Taguemount-Azzouz, Ait Mahmoud (confédération des At Aïssi)

NB: Publication initiale mise en ligne sur Tamazgha.com par Masin Ferkal  le 14 mars 2009 sur http://tamazgha.fr/Rachid-ALICHE-Sur-le-sentier-de-la.html

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.