Archives par mot-clé : littérature berbère

Rachid Aliche: sur le sentier de la langue maternelle, le village et le globe



 

 

Les  débats sur l’officialisation de la langue berbère par l’État algérien et sa mise en œuvre scolaire semblent devenir l’affaire de tous. L’élargissement de ces débats sur lancement de l’enseignement mené en dépit du manque de ressources, est un indicateur de permanence sociale au regard des dernières évolutions.
De la controverse au consensus, on évacue les véritables auteurs de travaux féconds  grâce auxquels ce projet a pu disposer de supports et méthodes qui font aujourd’hui de l’enseignement en Kabylie une réussite relative malgré son caractère toujours optionnel. Parmi eux, Rachid Aliche. Son action fondatrice éclectique et pragmatique témoigne pour lui aujourd’hui.

Rachid Aliche, sur le sentier de la langue maternelle 

 Rachid Aliche, physicien de formation, s’est orienté vers les sciences humaines (ethnologie, sémiologie, lettres et langues dont l’allemand et l’anglais afin de contribuer à ce parcours littéraire et didactique à travers une quête ininterrompue de la vitalisation de sa langue. Ecrivain né à Taguemount-Azouz, en Haute Kabylie s’est distingué par un engagement, d’abord extra institutionnel offrant à l’enseignement du berbère des possibilités de concrétisation. Il fût l’auteur du premier roman en kabyle dans un genre littéraire nouveau, une oeuvre  fondatrice (cf. Abrous Dahbia, 1987) [1].
La contribution de Rachid Aliche dans le domaine de l’enseignement et de la transmission de la langue a été quelque peu écrasée par la mise en exergue de son travail littéraire avec deux romans : (Asfel, 1980) et (Faffa, 1986), des pièces de théâtre réunies sous l’intitulé de Tasimfunit (1988) sans parler des nombreuses contributions en français à travers des textes de critique littéraire, publiés dans la presse algérienne notamment.

La pédagogie, l’apprenant scolaire et non scolaire
Initié très tôt à la lecture et l’écriture de sa langue grâce au FDB et reçoit par la suite les enseignement de la tradition académique des études berbères impulsée alors par Mouloud  Mammeri [4] puis S. Chaker [5]. 

Dès l’ouverture du champ politique et culturel consécutive aux événements d’octobre 1988,  Rachid Aliche investit l’Université d’Alger – la fac centrale ensuite le Campus de l’Université de Bouzaréah, pour dispenser, en début de soirée, un cours de lectorat et d’écriture : notation usuelle du berbère et grammaire basées sur Tajerrumt [2]. De nombreux étudiants ont pu suivre ses cours et s’approprier un système en nette évolution et qui allait leur permettre de découvrir des pans de la production littéraire et journalistique.

Rachid Aliche a réinvesti les enjeux de la pédagogie du langage, la langue de l’oralité et celle du langage écrit, entendu, tout en veillant à souligner qu’il s’agit d’une même langue et que seul l’usage en multipliait les facettes.
Son parcours à la Radio kabyle dite Chaine II (1990 et 1999) oriente sa réflexion entre l’engagement concret et l’urgence d’une contribution pouvant bénéficier au plus grand nombre d’apprenants de cette langue qu’ils soient natifs ou pas et ce par le biais d’un nombre considérable d’émissions diversifiées : enfantines ludiques, culturelles et littéraires. Il intervenait dans des créneaux horaires différents en fonction des publics ciblés. L’objet central de son engagement, les émissions pour enfants, étaient structurées autour d’une préoccupation essentiellement didactique et pédagogique : chaque vendredi en est un exemple concret contrebalançant ainsi d’autres émissions perçues comme conservatrices. Un épisode qui peut constituer, à lui seul, un remarquable objet de recherche. Continuer la lecture de Rachid Aliche: sur le sentier de la langue maternelle, le village et le globe